L’école publique en grève

Le Burkina Faso est secoué par une grève des enseignants. À l’appel de 15 syndicats enseignants, un débrayage de 72 heures a été lancé du 9 au 11 janvier 2018. Les revendications portent entre autres sur la revalorisation de la fonction enseignante, sur une amélioration de l’accès à l’éducation et sur de meilleures conditions de travail pour les élèves et le personnel.

Le président Roch Marc Christian Kaboré, dès sa campagne électorale victorieuse de 2015, annonçait que l’éducation serait l’une des priorités du gouvernement, avec notamment l’objectif de remplacer les « écoles sous paillotes » – sorte de hangars de paille soutenus par des poutres en bois, parfois flanqués de murets de briques en terre. Cet objectif est pour l’instant mis à mal par les difficultés budgétaires et le fort taux de fécondité (plus de 5 enfants par femme) du pays.

L’enjeu est de taille pour les élèves, qui ne sont plus soumis à aucune évaluation depuis le 2 octobre, date de la rentrée scolaire. Le risque est grand de voir l’année scolaire 2017-2018 se transformer en année blanche dans les écoles publiques. Le complexe Saint-Dominique, entièrement privé, n’est pas directement concerné par ces événements.

Catégories : Actualités

Les commentaires sont clos.